ACTUS

 

COMMUNIQUE INDECOSA-CGT ACCIDENT SNCF

 

20258463.jpg

TELECHARGER LE DOCUMENT

 

Communiqué sur l’accident au passage à niveau dans les Ardennes,

la sécurité d’abord !

 

Le mercredi 16 octobre 2019, une collision s’est produite à un passage à niveau dans les Ardennes entre Reims et Charleville Mézières entre un train TER et un convoi routier exceptionnel.

 

Le choc a été brutal, toute l’avant du train a été sérieusement endommagé, 11 passagers ont été blessés et le conducteur, seul, sans contrôleur dans le train, blessé et choqué, avec une radio du train hors service, a été obligé de protéger son train à pied pour ensuite venir s’occuper des voyageurs et prévenir les secours. Nous avons frôlé la catastrophe !

 

Le lendemain beaucoup de conducteurs et de contrôleurs ont exercé leur droit de retrait pour la sécurité.

 

Pendant quatre jours, les médias ont relayé la version de nos dirigeants : « Détournement du droit de retrait, grève illégale, le premier ministre qui parle de sanctions et de tribunal ».

 

Il a fallu enfin, dimanche soir, que M Pepy parle des usagers (mesures commerciales exceptionnelles) et ai un mot de compassion pour le conducteur à l’attitude exceptionnelle.

 

Toute cette gesticulation médiatique pour éviter de parler de sérieux problèmes à la SNCF :

 

Comment un convoi exceptionnel s’est retrouvé bloqué à un passage à niveau alors qu’il y a des procédures strictes de contournement ?

 

Comment une radio de TER, organe de sécurité, n’est pas protégée en cas de collision frontale ? De plus, le type de train qui est entré en collision présentait déjà de grosses défaillances : en 2018, après un choc, tout le système de freinage s’est placé hors service. Pourquoi ces rames roulent toujours ?

 

Depuis l’accident douloureux d’autocar transportant des enfants à un passage à niveau à Millas en décembre 2017, les associations d’usagers nationales agréées ont demandé en vain une audience à Mr JANTET (SNCF Réseau) et Mr PEPY (SNCF) pour mettre en place un vaste programme de protection des passages à niveau. Les contournements coutent très chers et seul les plus dangereux seront achevés.

 

Le vaste plan de réduction du personnel qui est sans précédent (réforme de la SNCF) et qui est catastrophique en province, montre ses limites :

 

Moins de guichets ouverts dans les gares, suppression des cheminots qui donnent le départ aux conducteurs, suppression des contrôleurs dans les trains TER, qui ont deux fonctions, informer et contrôler les voyageurs et en appui avec le conducteur pour la sécurité des circulations et des passagers.

 

Les dirigeants de la SNCF comme un ancien patron d’une grande entreprise du CAC 40, veulent une SNCF sans cheminots, ce n’est pas possible, cet accident et la sécurité des usagers leur sont revenus comme un boomerang !

 

Il faut du personnel au statut dans les gares, les trains, les postes, pour entretenir les voies et le matériel.

 

Contact : Patrice MOREAU 07 85 31 84 81

 

Paris, le 22 octobre 2019



UN PROBLEME DE RESEAU TELEPHONIQUE, INTERNET, POSTAL ALERTEZ L’ARCEP MAI 2020

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), met à disposition des particuliers ainsi que des entreprises et des collectivités, une plateforme en ligne qui permet de signaler les dysfonctionnements rencontrés avec les opérateurs/réseaux fixes, mobiles, internet et postaux [...]

UN PROBLEME DE RESEAU TELEPHONIQUE, INTERNET, POSTAL ALERTEZ L’ARCEP MAI 2020

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), met à disposition des particuliers ainsi que des entreprises et des collectivités, une plateforme en ligne qui permet de signaler les dysfonctionnements rencontrés avec les opérateurs/réseaux fixes, mobiles, internet et postaux [...]

TELEPHONE AU VOLANT LE PERMIS PEUT ETRE SUSPENDU EN CAS D'INFRACTION ROUTIERE

Commettre une infraction au Code de la route en tenant son téléphone à la main est désormais sanctionné d'une rétention du permis de conduire. Cette rétention peut être suivie d'une suspension du permis de conduire pour une durée maximale de six mois. C'est ce que prévoit un décret publié au Journal Officiel du 21 mai 2020 qui établit la liste des infractions concernées. [...]