services publics

 

POUR BENEFICIER DE L'ALLOCATION LOGEMENT, IL FAUT HABITER EFFECTIVEMENT LE LOGEMENT

 

services publics.jpg

 

 

 

 

 

 

 

POUR BENEFICIER DE L'ALLOCATION LOGEMENT,

IL FAUT HABITER EFFECTIVEMENT LE LOGEMENT

 

Publié le 08 janvier 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

 

TELECHARGER UN DOCUMENT

Pour pouvoir bénéficier de l'allocation de logement, le logement doit être utilisé comme résidence principale. C'est ce que vient de rappeler la Cour de cassation le 30 novembre 2017.

Une caisse d'allocations familiales qui avait versé pendant deux ans environ l'allocation de logement à caractère social à un allocataire, lui en réclamait la restitution au motif que le logement auquel elle s'appliquait n'était pas utilisé comme résidence principale.

L'allocataire avait formé un recours devant une juridiction de sécurité sociale. La caisse faisait valoir que le logement n'était pas véritablement occupé par l'allocataire (le courrier restant devant la porte) et que cet appartement lui servait surtout pour stocker les meubles venant de la succession de ses parents. Il ne pouvait par ailleurs fournir aucune facture d'électricité.

La Cour de cassation a jugé en conséquence que l'appartement pour lequel l'allocation était versée n'étant pas la résidence principale de l'allocataire, ce dernier ne pouvait pas prétendre bénéficier des allocations de logement, de sorte qu'il était tenu de restituer à la caisse le montant des sommes versées.

 

Textes de référence

Cour de cassation, Chambre civile 2, 30 novembre 2017, 16-2477



ARCHIVES DES ARTICLES "SERVICES PUBLICS" 2016 - 2017

ARCHIVES DES ARTICLES "SERVICES PUBLICS" 2016 - 2017 [...]

ALLOCATIONS LOGEMENT : APL, ALS ET ALF, QUELLES DIFFERENCES ?

ALLOCATIONS LOGEMENT : APL, ALS ET ALF, QUELLES DIFFERENCES ? [...]

TESTAMENT FAIT A L'ETRANGER : PEUT-ON DESHERITER SES ENFANTS ?

La Cour de cassation a jugé le 27 septembre 2017 qu'une loi étrangère qui ignore la réserve héréditaire peut s'appliquer à la succession d'un Français. C'est-à-dire qu'un parent ayant sa résidence habituelle dans un État dont la loi ne prévoit pas de réserve héréditaire peut déshériter ses enfants. Un Français, installé aux États-Unis, avait, par testament fait en Californie, légué tous ses biens à sa dernière épouse. Ce faisant, il déshéritait totalement ses deux enfants français nés de ses précédents mariages. [...]