Notre Magazine n° 183 est arrivé....vous pouvez vous abonner en ligne retrouvez sur la page accueil , les deux colloques de 2018

Articles publiés dans Ensemble et dans Vie Nouvelle

 

PRODUITS ALIMENTAIRES QUEL ETIQUETAGE ? QUELLES INDICATIONS SE REVELENT OBLIGATOIRES

 

ENSEMBLE_jpg.jpg

TELECHARGER LE DOCUMENT

 

Pas trop salé, pas trop sucré, pas trop gras. On nous dit de faire attention à ce que nous mangeons, mais il n’est pas facile de décrypter les étiquettes des aliments transformés que nous achetons. D’autant qu’en plus de la qualité nutritionnelle, il y a aussi les ingrédients et leur quantité, les lieux de culture, d’élevage et de transformation des matières premières, les additifs, les allergènes, les OGM, les labels…

Savoir exactement ce que l’on mange représente ainsi une véritable difficulté.

 

Une information peu claire.

Concernant l’étiquetage nutritionnel des produits préemballés, les professionnels de l’agro-alimentaire ont donc l’obligation depuis le 13 décembre 2016 d’inscrire sur les emballage un ensemble d’information en particulier la valeur énergétique, les quantités de matières grasses, d’acides gras saturés, de glucide, de sucre, de protéines et de sel. L’information est essentielle mais, peu claire, ne permet pas de lutter vraiment contre l’un des problèmes majeurs de santé publique : en France 54% des hommes et 44% des femmes sont ainsi en surpoids ou obèses. La prévalence de l’obésité est estimée à 17% sans distinction entre les hommes et les femmes.

La comparaison des données indique d’ailleurs, à ce titre, une stabilité des chiffres*.

 

Un logo simple et efficace

Face à ce constat alarmant, les pouvoirs publics ont tenté d’agir. En octobre 2017, un système d’étiquetage nutritionnel simplifié a fait son apparition : le Nutri-Score. Il s’agit d’un logo qui situe le produit sur une échelle de qualité nutritionnelle allant de la lettre A en vert foncé pour les plus qualitatifs, à la lettre E en rouge pour les moins qualitatifs. L’attribution du logo repose sur le calcul d’un résultat prenant en compte une composante dite « négative » et une autre «positive ». Pour le consommateur ce logo représente une synthèse des valeurs nutritionnelles (dont l’indication reste obligatoire). Sa lecture est rapide. Il est facile à comprendre et, surtout, à comparer.

 

Mais facultatif

Problème : ce logo n’est pas obligatoire ! Conformément à la réglementation européenne. Il ne peut reposer que sur le volontariat des entreprises. Certains industriels et distributeurs comme Danone (produits frais France), Bonduelle, Auchan France et Casino l’ont adopté, d’autres s’y refusent catégoriquement. C’est ainsi que Neslé, Coca Cola, PepsiCo, Mondelez ou bien encore Unilever s’opposent activement, par lobbies interposées, à toute information transparente sur les emballages. Le système Nutri-Score, bien que mis en place par le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère de l’Agriculture, n’est donc pas prêt à se généraliser.

Michèle BERZOSA

*étude ESTEBAN 2014-2016 menée par Santé publique France

 

L’AVIS D’INDECOSA CGT

Le Nutri-Score représente un pas en avant utile dans l’information du consommateur. Malgré tout, son caractère non obligatoire permet à de nombreux industriels de s’en affranchir et d’établir leur propre système d’évaluation pour masquer la réalité de leurs produits. Par ailleurs, en l’absence de mesures en matière de pouvoir d’achat, nous sommes réservés sur la portée des démarches d’information des consommateurs. De nombreuses études démontrent en effet que l’obésité et le surpoids sont plus fréquents chez les ménages les plus modestes. Mais ceux-ci ont-ils d’autres solutions que le choix d’un produit à bas coût avec un mauvais Nutri-Score ?

Contacts : indecosa@cgt.fr et indecosa.cgt.fr



ECHANGES DE SERVICES ENTRE PARTICULIERS

Quel rôle jouent les plateformes ? Quelles précautions prendre ? Parmi les nombreuses opportunités proposées par l’économie collaborative, l’échange de services entre particuliers tient une place importante [...]

DROIT AU COMPTE BANCAIRE

Quels sont les dispositifs en place ? Comment faire valoir ses droits ? L’inclusion bancaire pourrait se résumer au droit au compte en banque consacré par la loi à travers le code monétaire et financier. Cela signifie qu’en théorie toute personne dépourvue de compte est en mesure d’en obtenir l’ouverture auprès d’une banque. En réalité, celle-ci peut s’y refuser sans avoir à motiver sa décision. [...]

AVOIR UN COMPTE BANCAIRE EST UN DROIT

Malgré toutes vos démarches, aucune banque ne souhaite vous prendre comme client. Toutefois, grâce au principe du « droit au compte », vous pouvez obtenir l’ouverture d’un compte de dépôt dans un établissement financier. Que faut-il faire ? [...]